samedi 15 novembre 2008

L'enfance de Jupiter

Chronos n’avait pas l’esprit tranquille parce que Ouranos avant de mourir lui avait prédit que l’un de ses propres fils le détrônerait. C’est pourquoi chaque année il dévorait ses enfants que Rhéa mettait au monde : ce fut d’abord Hestia puis Déméter et Héra puis Poséidon.
Rhéa était furieuse. Elle mit au monde Zeus son troisième fils en pleine nuit sur le Mont Lycée en Arcadie. Après l’avoir baigné dans le fleuve Néda, elle le donna à la Terre-Mère qui le transporta à Lyctos en Crète.
Zeus fut élevé avec le plus grand soin, terré dans une grotte, au milieu d’une vallée entourée des forêts les plus épaisses. Cependant, ces arbres, ces rochers, ne rassuraient pas encore suffisamment sa mère, c’est pourquoi elle voulut qu’il fût entouré de Corybantes dont la mission journalière était de jouer une musique infernale pour couvrir les bruits et les pleurs du jeune enfant afin d’empêcher Saturne de les entendre.
Zeus fut confié aux soins de la nymphe Adrastée et à sa sœur Io, l’une et l’autre filles de Mélissée, ainsi qu’à la nymphe-chèvre Amalthée. Il mangeait du miel et il partageait le lait d’Amalthée avec le bouc Pan, son frère de lait.
A l’abri dans un île, son enfance fut douce et protégée. On le nourrit avec le lait de la chèvre Amalthée et le miel des abeilles. Chéri par sa mère, aidé par sa grand-mère, entouré de compagnons de jeux, il reçut l’éducation idéale pour être confiant, optimiste et ignorer la peur.
Il en garda une attitude résolument positive et conquérante qui ne fut pas sans effet sur sa grande carrière de séducteur. Il croit en la chance et donc il l’attire. Il aime la vie et les plaisirs mais il supporte mal les oppositions contradictoires et les rivalités. Il devient alors juge cruel et sans pardon.
Quand il devint le maître de l’univers, en signe de reconnaissance, Zeus plaça Amalthée parmi les étoiles où elle devint la constellation du Capricorne. Il emprunta l’une de ses cornes et il la donna aux filles de Mélissée, ce fut la célèbre corne d’abondance.


Charles Caron Belato
www.astres.net

Aucun commentaire: